Atelier de travail - Liste d’indicateurs relatifs à la détection et l’identification des victimes de la traite des êtres humains en Libye

Tunis, 22-24 Mars 2022


 
 
 
Dans le cadre du processus d’élaboration d’un Mécanisme national d’orientation des victimes de la traite des être humains en Libye, un atelier de travail sera tenu les 22-23 et 24 mars 2022 à l’hôtel Sheraton à Tunis sur la liste d’indicateurs relatifs à la détection et à l’identification des victimes de la traite des êtres humains en Libye.
 
L’activité est organisée dans le cadre d’un partenariat entre le Conseil de l’Europe, dans le cadre du Programme conjoint entre l’Union européenne et le Conseil de l’Europe « Soutien régional à la consolidation des droits de l'homme, de l'État de droit et de la démocratie dans le sud de la Méditerranée » (Programme Sud IV), le Conseil national des droits civils et des droits de l’Homme Libyen et l’Organisation No Peace without Justice. D’autres acteurs nationaux tels que le ministère de la Justice, le ministère de l’Intérieur et le Bureau du procureur général sont associés à cette importante initiative.
 
L’identification des victimes de la traite des êtres humains est une phase clé car c’est celle dont la lutte contre la traite découle. C’est une étape cruciale permettant de garantir les droits fondamentaux des victimes et d’assurer leurs accès à une prise en charge adéquate. Identifier une victime est un processus compliqué qui nécessiterait des recherches approfondies et des procédures standardisées car les victimes de traite sont souvent « dans une grande fragilité psychologique, un certain isolement, une ignorance de leurs situations de ‘victimes’ »[1].
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A travers le processus d’identification, les autorités compétentes « recherchent et évaluent les différentes circonstances en fonction desquelles elles peuvent considérer qu’une personne est victime de la traite »[2]. Afin d’assurer une identification et un suivi adéquat des victimes par toutes les autorités habilitées et de disposer d’un moyen unique de transmission, il est important d’adopter une liste d’indicateurs faisant connaître, via des éléments recueillis auprès de la victime, l’existence de facteurs objectifs déterminant que la personne interrogée est une victime de la traite.
 
Cet atelier de travail a, ainsi, pour objectif de réunir les parties prenantes de la lutte contre la traite des êtres humains en Libye, et plus précisément de la détection et l’identification des victimes, afin d’élaborer ensemble une liste d’indicateurs génériques et spécifiques qui permettrait à ces acteurs de disposer d’un document standardisé qui aiderait à la détection et à l’identification des victimes de la traite des êtres humains en Libye.
 
A cet égard, il convient de souligner la présence, à cet atelier de travail, de responsables du Conseil national des droits civils et des droits de l’Homme Libyen, représentants des ministères de la justice, de l’intérieur, de défense et de la santé libyens, ainsi que le Bureau du Procureur général, le Conseil supérieur de la magistrature, le Comité supérieur des enfants, le service des douanes et des représentants de la société civile de la Libye avec la participation du Conseil de l’Europe, de l’organisation No Peace without Justice, d’experts nationaux et internationaux et de l’Instance nationale de lutte contre la traite des personnes tunisienne.
 
CONTACTS PRESSE:
Malek Khaldi, Consultant en communication et chargé relations presse
Tel. : +216 58.30.79.55
E- mail: malekkhaldi@yahoo.fr

[1] La traite des êtres humains : mieux identifier et accompagner les victimes, CIMAD, https://www.lacimade.org/wp-content/uploads/2016/10/La_Cimade_Traite.pdf

[2] Rapport explicatif de la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains, https://rm.coe.int/16800d388d